venezia in segreto-rivo alto
visiteur d'un jour ,
vous pouvez poser une question sur le forum "domande"
mais pour avoir accès a la totalité des catégories du forum réservées aux membres ,il faut vous inscrire .
laissez moi votre adresse mail pour que je puisse prendre contact avec vous,
ou ecrivez moi :bigmoustaches@free.fr
merci
l'administrateur
Vous acceptez de ne pas publier de contenu abusif, obscène, vulgaire, diffamatoire, choquant, menaçant, à caractère sexuel ou autre qui peut transgresser les lois de votre pays, du pays où “rivo alto” est hébergé ou les lois internationales.
Le faire peut vous mener à un bannissement immédiat et permanent, avec une notification à votre fournisseur d’accès à internet si nous le jugeons nécessaire. L’adresse IP de tous les messages est enregistrée pour aider au renforcement de ces conditions.
Vous acceptez que “rivo alto” supprime, édite, déplace ou verrouille n’importe quel sujet lorsque nous estimons que cela est nécessaire. En tant qu’utilisateur, vous acceptez que toutes les informations que vous avez entrées soient stockées dans notre base de données.
Bien que ces informations ne soient pas diffusées à une tierce partie sans votre consentement, ni “rivo alto”, ni phpBB ne pourront être tenus comme responsables en cas de tentative de piratage visant à compromettre les données.

Raymond Aron, 25 ans après.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Raymond Aron, 25 ans après.

Message par condorcet le Lun 11 Aoû - 21:08

Il y a près de 25 ans, Raymond Aron était atteint par une triple maladie : celle vénielle, de la fortune éditoriale complète avec la parution de ses Mémoires. 50 ans de réflexion en politique ; celle, d'incarner après la mort de Nizan, de Sartre, et le suicide moral d'Althusser, le dernier des Normaliens, l'ultime maître-penseur ; et puis la fin de l'existence. La solitude aronienne ne fut pas académique (le Collège de France lui avait accordé en 1970 une chaire de sociologie , 14 ans après la Sorbonne), journalistique (à l'Express comme au Figaro , il trouva à étancher sa soif d'éditorialiste), littéraire ( l'Opium des intellectuels et la Révolution introuvable avaient assis ses talents d'essayistes), pas même intellectuelle (de son Introduction à la philosophie de l'histoire. Essai sur les limites de l'objectivité de l'histoire , thèse parue en 1938 à la fondation du centre de sociologie européenne en 1959 grâce au soutien de la fondation Ford). Alors, quoi ? La mélancolie aronienne est empreinte de beaucoup de noblesse : pour s'être érigé en démystificateur (notamment des totalitarismes communistes), il se résigne à déplaire dans une époque dominée par les idéologies de gauche en France. La relecture de son ouvrage le plus répandu et le moins lu incite à considérer avec un certain agacement parfois devant des jugements lapidaires et avec un solide respect devant la fulgurance de ses foulées d'esprit l'homme Raymond Aron.
Alors, oui, on peut lire la thèse que lui a consacrée Romain Baverez. Mais surtout, sans épargner ni son temps, ni son dictionnaire philosophique, on peut cheminer avec Aron sur les traces du siècle, le nôtre, le XXè.
Retrouver l'éditorialiste, échanger avec l'intellectuel, cheminer avec l'homme qui fut un acteur bien plus qu'un "spectateur engagé". Cette partie de cache-cache avec les ombres n'est pas si éloignée des énigmes kabbalistiques que livrait Hugo Pratt dans ses albums.

condorcet

Nombre de messages : 2531
Date d'inscription : 03/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum