venezia in segreto-rivo alto
visiteur d'un jour ,
vous pouvez poser une question sur le forum "domande"
mais pour avoir accès a la totalité des catégories du forum réservées aux membres ,il faut vous inscrire .
laissez moi votre adresse mail pour que je puisse prendre contact avec vous,
ou ecrivez moi :bigmoustaches@free.fr
merci
l'administrateur
Vous acceptez de ne pas publier de contenu abusif, obscène, vulgaire, diffamatoire, choquant, menaçant, à caractère sexuel ou autre qui peut transgresser les lois de votre pays, du pays où “rivo alto” est hébergé ou les lois internationales.
Le faire peut vous mener à un bannissement immédiat et permanent, avec une notification à votre fournisseur d’accès à internet si nous le jugeons nécessaire. L’adresse IP de tous les messages est enregistrée pour aider au renforcement de ces conditions.
Vous acceptez que “rivo alto” supprime, édite, déplace ou verrouille n’importe quel sujet lorsque nous estimons que cela est nécessaire. En tant qu’utilisateur, vous acceptez que toutes les informations que vous avez entrées soient stockées dans notre base de données.
Bien que ces informations ne soient pas diffusées à une tierce partie sans votre consentement, ni “rivo alto”, ni phpBB ne pourront être tenus comme responsables en cas de tentative de piratage visant à compromettre les données.

GIORGIO AGAMBEN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

GIORGIO AGAMBEN

Message par lorenzo di venezia le Ven 28 Nov - 13:30

"Je travaille toujours dans l'urgence, mais très lentement"
Où vit le philosophe ? entre paris et venise

......"Affable, discret, Agamben accueille donc son visiteur dans un Paris qui n'existe plus. Un Paris de bohème, qui n'est que la réplique affaiblie de sa jeunesse romaine. Dans les années 1960, en effet, il fut, avec Pasolini, Moravia et Elsa Morante, de cette petite société littéraire qui, dit-il, "bougeait dans Rome" : ne surtout pas travailler, ne jamais rester inactifs. De cette vie antérieure, les écrans de cinéma conservent le fantôme : une apparition à 22 ans, dans L'Evangile selon saint Matthieu de Pasolini, sous les traits de l'apôtre Philippe.

Cette vie n'est plus car Rome, comme Paris, a accompli l'idéal de tout gouvernement : elle est la ville où rien, désormais, ne peut arriver. Aussi Agamben se vit-il comme le philosophe de l'extinction des villes, qui furent pour Walter Benjamin les lieux de tous les possibles.
Et Venise ?
Venise est morte depuis si longtemps qu'on ne peut même plus dire qu'elle est une cité embaumée : c'est la ville des spectres, qui surgissent à tout moment et se manifestent "par des bruits étranges". Venise et Paris, donc, comme les deux polarités d'un champ d'opposition entre lesquelles il faut chercher un "seuil d'indistinction" : c'est ainsi que pense Agamben, et cette image du seuil, qui n'est pas une borne mais "le lieu où les charges des polarités contraires se neutralisent, centre vide qui pourtant fait marcher la machine", est l'une des plus insistantes chez lui.".......

Patrick Boucheron
Article paru dans l'édition du 28.11.08 du monde

_________________
VIVI COME SE DOVESSI MORIRE ORA,PENSA COME SE NON DOVESSI MORIRE MAI

lorenzo di venezia

Nombre de messages : 1378
Localisation : paris
Date d'inscription : 03/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum