venezia in segreto-rivo alto
visiteur d'un jour ,
vous pouvez poser une question sur le forum "domande"
mais pour avoir accès a la totalité des catégories du forum réservées aux membres ,il faut vous inscrire .
laissez moi votre adresse mail pour que je puisse prendre contact avec vous,
ou ecrivez moi :bigmoustaches@free.fr
merci
l'administrateur
Vous acceptez de ne pas publier de contenu abusif, obscène, vulgaire, diffamatoire, choquant, menaçant, à caractère sexuel ou autre qui peut transgresser les lois de votre pays, du pays où “rivo alto” est hébergé ou les lois internationales.
Le faire peut vous mener à un bannissement immédiat et permanent, avec une notification à votre fournisseur d’accès à internet si nous le jugeons nécessaire. L’adresse IP de tous les messages est enregistrée pour aider au renforcement de ces conditions.
Vous acceptez que “rivo alto” supprime, édite, déplace ou verrouille n’importe quel sujet lorsque nous estimons que cela est nécessaire. En tant qu’utilisateur, vous acceptez que toutes les informations que vous avez entrées soient stockées dans notre base de données.
Bien que ces informations ne soient pas diffusées à une tierce partie sans votre consentement, ni “rivo alto”, ni phpBB ne pourront être tenus comme responsables en cas de tentative de piratage visant à compromettre les données.

Les imaginaires sociaux à l'oeuvre : l'homme providentiel à l'américaine.... ou à la française

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les imaginaires sociaux à l'oeuvre : l'homme providentiel à l'américaine.... ou à la française

Message par condorcet le Mar 20 Jan - 20:30

L'histoire (le cours des événements) a cette touche étrange que beaucoup de sociétés choisissent consciemment ou inconsciemment de désigner des héros positifs ou négatifs, investis des vertus ou des tares que l'on estime constitutives de ou étrangères à elles. Ce processus de désignation est sans doute plus puissant que les pouvoirs réels dont ces héros sont porteurs. Au XXIème siècle, il est étrange de concilier une progression exponentielle des sciences et des techniques à la disposition des êtres avec une permanence de l'eschatologie, voire de l'irrationnel. L'histoire (la science - sans doute est-ce le mot qui embrasse le moins imparfaitement ses positions - ) est souvent convoquée pour légitimer ce qui est déjà : appauvrie, elle n'est alors qu'un expédient illusoire face aux attentes suscitées par ces héros. Comme observatoire cependant, fédérant les autres domaines de l'esprit, elle est un très rude mais roboratif exercice de l'esprit critique, de la générosité humaine.
C'est donc avec beaucoup de bonhomie, même si cela est rude face aux choix de nos contemporains qui nous enchantent ou nous déplaisent, que l'on devrait envisager cette permanence des imaginaires sociaux, en dépit de toute tentative de démystification (Darwin, Nietzsche, Marx, Freud-Lacan, . Foucault, Chomsky...).

Cette scénographie de la cérémonie d'investiture du Président des Etats-Unis d'Amérique me rappelle fort, en filant non pas la métaphore mais le quasi anachronisme, ces cérémonies d'entrées royales dans les villes sous l'Ancien Régime ou ces triomphes de généraux voire d'empereurs romains. Le discours très emphatique et résolument oecuménique (chacun peut y lire ce qu'il souhaite entendre) est prononcé dans une véritable scène où la place de chacun et de chaque mot est mûrement pensée comme l'était le parcours du triomphe romain, revisitant les mythes fondateurs (qui, l'esprit des ancêtres, qui, le front pionnier)....
Obama, nouvel Octave devenu Auguste ? Ou plutôt le peuple américain, écho lointain au peuple romain ?

condorcet

Nombre de messages : 2531
Date d'inscription : 03/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum