venezia in segreto-rivo alto
visiteur d'un jour ,
vous pouvez poser une question sur le forum "domande"
mais pour avoir accès a la totalité des catégories du forum réservées aux membres ,il faut vous inscrire .
laissez moi votre adresse mail pour que je puisse prendre contact avec vous,
ou ecrivez moi :bigmoustaches@free.fr
merci
l'administrateur
Vous acceptez de ne pas publier de contenu abusif, obscène, vulgaire, diffamatoire, choquant, menaçant, à caractère sexuel ou autre qui peut transgresser les lois de votre pays, du pays où “rivo alto” est hébergé ou les lois internationales.
Le faire peut vous mener à un bannissement immédiat et permanent, avec une notification à votre fournisseur d’accès à internet si nous le jugeons nécessaire. L’adresse IP de tous les messages est enregistrée pour aider au renforcement de ces conditions.
Vous acceptez que “rivo alto” supprime, édite, déplace ou verrouille n’importe quel sujet lorsque nous estimons que cela est nécessaire. En tant qu’utilisateur, vous acceptez que toutes les informations que vous avez entrées soient stockées dans notre base de données.
Bien que ces informations ne soient pas diffusées à une tierce partie sans votre consentement, ni “rivo alto”, ni phpBB ne pourront être tenus comme responsables en cas de tentative de piratage visant à compromettre les données.

Caldara : Maddalena ai piedi di Cristo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Caldara : Maddalena ai piedi di Cristo

Message par Fanfan le Sam 30 Mar - 17:11

Je pensais en avoir déjà parlé: un superbe oratorio de Caldara : Maddalena ai piedi di Cristo (1700)

http://www.youtube.com/watch?v=mLVqQZNccd4

Mort en 1736, Caldara (né à Venise en 1670) reste l'une des figures les plus fécondes de la musique vénitienne, au tournant des deux siècles baroques. Sa réputation fut étincelante en particulier parce qu'il fournit la majorité de ses oratorios pour le prince cardinal Ruspoli à Rome dès 1710, puis pour la Cour Impériale Viennoise de Charles VI Habsbourg. Caldara compositeur adulé à Vienne, conçoit les partitions théâtrales et sacrées à partir de 1717, pour le Carême. Ce sans discontinuité (sauf en 1721), jusqu'à sa mort en 1736.

A Venise, Caldara écrit ses premiers oratorios pour la Fava et aussi les Incurabili. La Maddalena date certainement de la saison à La Fava, en 1697/1698. Elève de Legrenzi, Caldara s'impose tout autant à l'opéra (genre qui est la source de la notoriété des plus grands créateurs) que dans l'oratorio. Alors que Pallavicino occupe aussi la scène vénitienne, Caldara s'affirme également comme compositeur de drames sacrés, lui qui est aussi violoncelliste épisodique dans l'orchestre de San Marco. La Maddalena en datant des années de maturité vénitienne, s'inscrit surtout à l'époque où le compositeur quittant Rome, souhaite obtenir un avancement et un poste à Vienne: pour convaincre d'éventuels patrons, il réécrit en 1713, sa Maddalena crée en 1698. Défi gagnant puisqu'il s'attire les faveurs de l'Empereur, très féru d'oratorios, et grand amateur d'ouvrages italiens.

Dans La Maddalena, le compositeur invente un nouveau personnage, celui de Marthe, contrepoint expressif au portrait central de Madeleine dont il traite avec génie les déchirements intérieurs entre vanité et renoncement. Mais la Pêcheresse, être compatissant, se montre capable de sublimation: elle éprouve finalement la vanité des plaisirs terrestres et accomplit son destin de sainte. Amor terreno et amor celeste incarnent les deux facettes de cette âme déchirée, puis apaisée.

La version de René Jacobs s'appuie sur le seul manuscrit parvenu (l'autographe de 1713 écrit quand Caldara reprend son ouvrage pour sa reprise à Vienne). La restitution sonore soigne en particulier cette "euphonie sensuelle, typiquement vénitienne" qui caractérise le milieu et le contexte esthétique dans lequel le compositeur a produit son chef d'oeuvre sur le livret de Forni. La caractérisation dramatique et psychologique des personnages atteint un rare accomplissement. Le chef flamand choisit de confier le rôle de l'Amor celeste, angélique, à un contre-ténor, celui d'Amor terreno, à un contralto féminin. D'ailleurs, cette dernière d'entité séductrice finit à la fin de la partition en monstre diabolique, d'une sensualité vénéneuse, mais ... vaincue. Et pour couronner symboliquement l'itinéraire vertueux de Madeleine, Caldara imagine un air du Christ, (dévolu à un ténor: tenue par Jacobs soi-même dans la version discographique de 1995), particulièrement moralisatrice et spectaculaire.

Source: http://www.classiquenews.com/ecouter/lire_article.aspx?article=1848&identifiant=200841Y0JVB0KW2IXHM80NZTIS0LWNL

Fanfan

Nombre de messages : 2484
Localisation : Banlieue parisienne
Date d'inscription : 03/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum