venezia in segreto-rivo alto
visiteur d'un jour ,
vous pouvez poser une question sur le forum "domande"
mais pour avoir accès a la totalité des catégories du forum réservées aux membres ,il faut vous inscrire .
laissez moi votre adresse mail pour que je puisse prendre contact avec vous,
ou ecrivez moi :bigmoustaches@free.fr
merci
l'administrateur
Vous acceptez de ne pas publier de contenu abusif, obscène, vulgaire, diffamatoire, choquant, menaçant, à caractère sexuel ou autre qui peut transgresser les lois de votre pays, du pays où “rivo alto” est hébergé ou les lois internationales.
Le faire peut vous mener à un bannissement immédiat et permanent, avec une notification à votre fournisseur d’accès à internet si nous le jugeons nécessaire. L’adresse IP de tous les messages est enregistrée pour aider au renforcement de ces conditions.
Vous acceptez que “rivo alto” supprime, édite, déplace ou verrouille n’importe quel sujet lorsque nous estimons que cela est nécessaire. En tant qu’utilisateur, vous acceptez que toutes les informations que vous avez entrées soient stockées dans notre base de données.
Bien que ces informations ne soient pas diffusées à une tierce partie sans votre consentement, ni “rivo alto”, ni phpBB ne pourront être tenus comme responsables en cas de tentative de piratage visant à compromettre les données.

Kay Mac Cauley, "L'enfant de Venise", Paris, Michel Lafon, 2006

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Kay Mac Cauley, "L'enfant de Venise", Paris, Michel Lafon, 2006

Message par condorcet le Lun 25 Aoû - 12:45

Il y a des livres qui étonnent : le titre, la 4ème de couverture, l'illustration laissent craindre le pire et pourtant, la veine mortifère ou sirupeuse s'efface au profit d'une belle rêverie. Le lecteur suit les traces de deux personnages-clés du livre : Marino, l'enfant charismatique et Lelio, fantasque immortel. Le contexte et la topographie sont flottants tout comme ce roman qui affectionne le registre fantastique sans renier la part de passion amoureuse inhérente au genre. L'écriture est fine et la traduction précise : ces deux qualités dénotent une préparation soignée et donnent aux errances dans Venise une fantasmagorie inattendue. Croiser les changeurs du Banco Giro , s'arrêter près des amuseurs sur la Piazza, soupeser les épices dans l'entrepôt d'un marchand : cette galerie de sensations, d'impressions, de bruissements distille un plaisir qui tient du miracle : voyager dans le passé devenu présent. Les lois somptuaires, le défilé des esclaves sur la Riva, les édits contre les mendiants nuancent le versant le plus enchanteur qui rattache souvent la Renaissance et Venise. Sans y prendre garde, on reste happé par ce livre qui traverse la lagune ( et les fastes éteints de Torcello), les couches sociales et les siècles avec aisance et audace.

condorcet

Nombre de messages : 2531
Date d'inscription : 03/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Kay Mac Cauley, "L'enfant de Venise", Paris, Michel Lafon, 2006

Message par alain le Mar 26 Aoû - 8:46

Bref, à emporter pour un prochain séjour?

alain

Nombre de messages : 2009
Localisation : Paris
Date d'inscription : 04/03/2008

http://venise.mes.photos.free.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum